Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 21:09
Clio 51.

Clio 50

Elle avait engagé une femme de ménage pour briquer les lieux avant son arrivée, ce qui avait demandé un peu d'organisation et ses dernières économies, mais le lendemain, elle prenait son nouveau travail – simple serveuse dans une cafétéria-bar-salle de jeu, le seul lieu à la ronde dans cette campagne profonde où l'on se réunissait lorsque l'on souhaitait consommer quelque chose.

Elle regarda l'ocelot, lui la fixa en retour. Elle haussa les épaules : elle était venue dans le patelin pour trouver de l'étrange, en réalité, elle devait cesser de se le cacher. C'était à cela que revenait son envie de comprendre ce qui se passait autour d'elle. Elle était servie, de quoi se plaignait-elle donc ? Elle fit demi-tour sans même s'étonner que l'animal rouge à pois noirs la suive jusqu'à son manoir, qui lui donnait légèrement froid dans le dos. En tournant la lourde clef dans la serrure qui grinça, elle se demanda de nouveau comment ses parents biologiques avaient bien pu vivre là. Elle soupira : s'ils avaient mentionné son existence dans leur testament, cela signifiait qu'ils auraient été heureux qu'elle fût venue là, au moins pour un temps. Elle ouvrit la porte, puis sursauta en poussant un léger cri de surprise : l'ocelot, en entrant, poussa de nouveau des jappements apeurés et excités en bondissant en tous sens. Sa gorge se noua, elle se sentit oppressée, dans une telle escalade de détresse qu'elle faillit perdre pied.

  • - N'aie pas peur, petite fille, fit une voix rassurante dans son dos, vers laquelle l'ocelot se mit aussitôt à montrer les crocs. Toi non plus, ordonna le jeune homme à l'animal qui continua malgré tout à lui montrer les dents.

Sélenne le regardait fixement depuis qu'il était entré chez elle, avec sa dégaine de créature hors du temps. Blond aux yeux rouges, il disait ne pas être un esprit, pourtant elle avait peine à le croire. Il disait que l'animal l'avait senti dans l'air, parce qu'il l'observait de loin et qu'il connaissait son odeur pour l'avoir trop longtemps recherchée. Elle avait prévenu le travail qu'elle était souffrante, lui disait qu'il lui arrangerait cela de toute façon : il connaissait tout le monde ici, sans que personne ne le connaisse réellement en retour. Ils enchaînaient les tasses de thé depuis des heures. A présent Ebène – ils avaient nommé l'ocelot ainsi – dormait à leurs pieds, sereine. Il lui avait tout conté, sans jamais rien lui épargner. Hiléria et lui s'étaient aimés d'une façon qui leur avait été propre, entre enfants de la Lune – naturel et adoptée, pour être tout à fait exact. Elle était de nouveau tombée enceinte de lui, puis elle était morte en couche, mais Sélenne avait survécu. Les parents d'Hiléria avaient fait adopter la petite, c'en était trop pour eux. Uriel était resté en dehors de tout cela, il était resté tel que la Lune l'avait recraché. Mais il avait dressé autour d'elle ce mensonge à propos du manoir, pour à terme l'attirer dans ce lieu où il voulait l'isoler.

  • - Pas d'instinct paternel, lâcha-t-il durement. Quant à Clio ou qui tu veux, fais ce que bon te semble. Je suis venu pour autre chose, conclut-il en la jaugeant du regard.

Il brandit une petite fiole, qui lui sembla à elle, la citadine, tout droit sortie d'un conte de fées. L'albinos donna une longue caresse à l'ocelot, qui se mit à ronronner comme un gros chat insouciant.

  • -Depuis quelques années, j'ai donc perdu la femme que j'aimais. La seule que je puisse aimer, la seule que j'aimerai jamais, la seule que je désire aimer.

Il se mit à prendre une voix légère. A mesure que ses propos gagnaient en morbide, ce timbre devint de plus en plus enfantin. Sélenne s'était figée depuis bien longtemps. Lorsqu'il lui prit la main, elle ne réagit même pas.

  • - J'ai retourné la Terre, puisque j'y suis bloqué, pour récupérer ta mère. J'ai trouvé nombre de choses et autres créatures dont tu ne veux pas connaître l'existence. Mais surtout, j'ai trouvé une sorcière, Déméa. Avec une petite saignée quotidienne de la chair de sa chair, ainsi que quelques autres ingrédients plus faciles à obtenir, elle peut ramener Hiléria. Certes, ce ne sera pas exactement celle que j'ai connue, mais d'après ma sorcière, les différences ne devraient poser problème à personne.

Il se pencha en avant, l'interrogeant du regard. Elle prit une longue inspiration, se leva brusquement puis voulut courir en hurlant. Mais il tenait toujours sa main. Il la tenait, aucun d'eux ne possédait de forces surhumaines mais elle était moins forte que lui, tout simplement. Ébène se leva et trottina vers eux en jappant, ne sachant qui défendre. Exactement comme lorsqu'il était apparu quelques heures auparavant, transpirant de mauvaises intentions à l'égard de la rouquine, qui sentait comme Hilly.

Clio 52

Partager cet article

Repost 0
Published by chloé - dans Clio
commenter cet article

commentaires

Chloé 23/10/2014 22:03

et oui c''est pas vraiment un type bien ;)

nyma 23/10/2014 17:54

Donc en fait Sélenne et Clio ont a peu près 20 ans d'écart.
Je trouve vraiment nul qu'Uriel n'est pas récupéré sa fille..
Je me demande ce que les autres sont devenus... La suite :-)))

Hé C'est Nous !

  • : roman fantastique en ligne gratuit
  • roman fantastique en ligne gratuit
  • : manuscrits de fantasy promettant action, guerre et amour. Si vous aimez les vampires, loups-garous, dragons, fées, anges ou toutes autres créatures fantastiques c'est gratuit. laissez un mot aux auteurs Chloé et Solenne pour les aider à trouver un éditeur.
  • Contact

copyright

 

 

 

 

Toutes les images apparaissant sur ce blog ne sont pas notre propriété.

Elles appartiennent à leur autreur.

Recherche

visiteurs